Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 08:55
lorelei-2.jpg
Rencontre au bord du Rhône à Port Saint Louis...............
 
lorelei-1.jpg
Lorelei (Loreley, Loreleï ou Lorely) est le nom d’un rocher qui culmine à 132 mètres au-dessus du Rhin à proximité de Sankt Goarshausen (Saint Goarshausen en français) 
 
C’est l’endroit le plus étroit du fleuve entre la Suisse et la mer du Nord. L’avancée du rocher réduit d’un quart la largeur du fleuve. Le courant
très violent et les nombreux rochers immergés ont causé de nombreux accidents de navigation.
 
Lorelei est aussi le nom d’une nixe (nymphe de la mythologie germanique) qui attire les navigateurs du Rhin à la perdition par ses chants,
comme les sirènes de la mythologie grecque ancienne.   (source wikipédia)
  
Cette rencontre m'a remis en mémoire le poème de
Guillaume Appolinaire   La Loreley
 
 
    À Bacharach il y avait une sorcière blonde
 Qui laissait mourir d'amour tous les hommes à la ronde
 Devant son tribunal l'évêque la fit citer
D'avance il l'absolvit à cause de sa beauté
 Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie
 Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m'ont regardée évêque en ont péri
 Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
 Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie
 Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu'un autre te condamne tu m'as ensorcelé
 Evêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège
 Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n'aime rien
 Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j'en meure
 Mon cœur me fait si mal depuis qu'il n'est plus là
 Mon cœur me fit si mal du jour où il s'en alla
L'évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
 Menez jusqu'au couvent cette femme en démence
 Vat-en Lore en folie va Lore aux yeux tremblant
 Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc
 Puis ils s'en allèrent sur la route tous les quatre
 La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres
 Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
 Pour voir une fois encore mon beau château
 Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j'irai au couvent des vierges et des veuves
 Là haut le vent tordait ses cheveux déroulés
 Les chevaliers criaient Loreley Loreley
 Tout là bas sur le Rhin s'en vient une nacelle
 Et mon amant s'y tient il m'a vue il m'appelle
 Mon cœur devient si doux c'est mon amant qui vient
 Elle se penche alors et tombe dans le Rhin
 Pour avoir vu dans l'eau la belle Loreley
 Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gitantroubadour
commenter cet article

commentaires

baïne 26/11/2014 22:22


coucou Gitan


Bonne soirée gros bisous

j-francois 24/11/2014 12:15


Bonjour Robert  je connais la nymphe et la chanson de Scorpions mais pas le poeme . Bonne semaine 

baïne 23/11/2014 19:13


coucou Gitan


encore une qui a joué de ses charmes mais au combien jolie !!!!!!


Bonne soirée Bisous

mony 21/11/2014 16:28


;) Donnez lui seulement un prénom, il en fera tout un article !!! Bravo et merci pour avoir remis au jour ce poème, lu il y a bon nombre d'années...


Belle soirée à toi et à ceux qui pasent par ici

Gitantroubadour 21/11/2014 16:45



J'adore les contes, les légendes et les fleuves en recellent beaucoup.


Merci et bonne soirée à vous deux !!!!



eclectique 21/11/2014 11:49


bonjour ami! en découvrant ton article, je me suis dit, la loreleï s'est trompé de fleuve...! heureusement, j'ai regardé tout le reste...! étrange que se soient
toujours des femmes qui causent la perte des marins...! et, bien sûr, je ne connaissais pas ce poème...! superbe! bon vendredi, à bientot, daniel!

Gitantroubadour 21/11/2014 13:30



Ah les femmes.................


Bon week-end Daniel !!!!



Profil

  • Gitantroubadour
  • Je rêve de partir sur les routes avec une roulotte tirée par un cheval et mon orgue de barbarie.

Texte Libre

Pages