Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 21:21
 Allich-Lu-copie-1.jpg
 
Heureux sont les fêlés car ils laissent passer la lumière.  (Michel Audiard)
 
Une expo que je n'ai pas encore visitée mais qui me fait sourire et me rappelle de bons souvenirs. (vu sur FR3 Rhône Alpes)
 
En ce moment à Echirolles, dans la banlieue de Grenoble, à lieu une exposition (la preuve par l'oeuf) qui retrace la saga d'une marque de pâtes grenobloise. (Jusqu'au 13 décembre 2013 au musée de la viscose)
 
  lustucru-a-copie-1.png
 
Crée en 1824 par la famille Cartier-Millon, elle deviendra Lustucru en 1911. Ayant rapidement pressenti l'importance de personnaliser ses produits, elle utilise le personnage de la chanson "le père Lustucru", et fait appel aux compétences des plus illustres affichistes.
    page-copie-19.jpg
 
Qui a oublié Germaine et ses martiens ??? En 1983 elle est colère, Germaine, parce que Lustucru lui a refusé un oeuf fêlé. L'année d'après, elle se fait enlever par des petits bonhommes verts. Germaine s'en va cuisiner dans l'espace, car les Martiens raffolent des pâtes humaines.
      

Partager cet article

Repost 0
Published by Gitantroubadour
commenter cet article

commentaires

lucia 27/09/2013 08:19


Hé ho les pâtes sont cuites !


Bisous et à bientôt Lucia

dacaio 26/09/2013 22:51


bonsoir Robert .. merci pour ton com ... pour moi la musique est souvent indissociable de la danse ... je suis sure pourtant que le ténébreux joueur de violon sur ton fond de blog doit savoir
faire danser les filles ....


en piste donc .....MDR  - bisous



Anne6329 26/09/2013 22:33


Des pâtes ... des pâtes ! Oui mais des lustrucru ! qui l'eusse cru ? Bravo

baroud27 26/09/2013 10:19


bonjour elles sont bonnes ces pates,un plaisir de revoir germaine et les martiens !!  bpon jeudi 

Baïne 25/09/2013 23:03


je viens pour les pates lustucru et pour toi aussi (sourire) Bisous

Profil

  • Gitantroubadour
  • Je rêve de partir sur les routes avec une roulotte tirée par un cheval et mon orgue de barbarie.

Texte Libre

Pages